Quand les loups qui se voyaient bergers se font traiter comme des chiens

 

 

 

 

A Sud Educ, nous avons pris connaissance il y a quelques mois du document qui semble aujourd’hui agiter toute la DSDEN. Comme d’autres ces derniers jours, nous pourrions vous dire que ce document nous a scandalisé·es , mais en tout honnêteté nous ne sommes que trop habitué·es à la maltraitance quotidienne de l’institution à l’égard des personnels pour que cela puisse nous faire autant réagir.

 

Entendons-nous bien : ce document est ignoble ; mais il est surtout pour nous symptomatique d’une ambiance de harcèlement institutionnel. L'institution, en créant un environnement de travail délétère, favorise de fait des situations de harcèlement.

 

De plus en plus souvent, trop souvent, nous sommes amené·es à accompagner des collègues en butte à des violences hiérarchiques. Et souvent, trop souvent, nous avons face à nous des chef·fes de service incapables de remettre en question leurs propres pratiques maltraitantes.

 

Alors, nous sommes comme le chien du jardinier, ne voulant ni faire ni laisser faire, nous ne pouvons ignorer cette situation de maltraitance, mais celle-ci ne doit pas nous faire oublier toutes les autres.

 

A Sud Éducation, nous formulerons donc ce vœu : espérons que celles et ceux qui en ressentent les effets aujourd’hui, s’en souviendront dans leurs pratiques demain. Car, oui, la maltraitance au travail détruit plus que des travailleurs et des travailleuses, elle détruit également des personnes.

 


Télécharger le tract



Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Enfin un CHSCT extraordinaire pour
une enquête à Malherbe !

 

 

 

 

Après la demande de ses membres, un CHSCT A extraordinaire a pu enfin avoir lieu mercredi 21 septembre suite à l’agression d’une collègue survenue au lycée Malherbe de Caen. Pour rappel, cet accident grave s’est produit le mardi 13 septembre soit il y a plus d’une semaine. La mise en place de cette réunion a été bien tardive, dans le privé, un CHSCT extraordinaire à l’initiative de l’employeur aurait eu lieu dans les 24 heures ! Pour le rectorat, la sécurité des personnels est d’une moins grande importance dans le public : les représentant·es du personnel du CHSCTA ont dû faire le forcing pour l’obtenir !

 

Lors de la réunion d’hier, la tenue ou non d’une enquête a été soumise au vote. Résultat : 4 pour et 2 contre. Grâce aux voix favorables de Sud Éducation et de la FSU, les membres du CHSCT A pourront mener une enquête au lycée Malherbe. Cette enquête a pour but de prévenir tout accident semblable, d'éviter que cette situation ne se reproduise et d'améliorer la mise en sécurité et les conditions de travail de l'ensemble des personnels ainsi que celles des élèves et usager·ères.

 

Des outils existent pour vous protéger et agir dans ce genre de situation :

  • le RSST (Registre Santé et Sécurité au Travail) est rempli pour faire constater ce qui pourrait entraver à la santé ou à la sécurité (psychologique ou physique) au sein ou aux abords de l'établissement,
  • le droit de retrait pour se retirer de la situation de travail dangereuse,
  • le droit d’alerte existe pour informer la hiérarchie que l’on se sent en insécurité,
  • le danger grave et imminent s’exerce lorsqu’on a un motif raisonnable de penser que notre personne est en danger physique et/ou mental.

Télécharger le communiqué


Recherche

Faits marquants en image

En ligne actuellement

Nous avons 32 invités en ligne