Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires


Résister à l’emprise gestionnaire sur l’université?

 

 

 

 

SUD Éducation analyse depuis de nombreuses années les implications des « réformes » institutionnelles – et notamment de la loi LRU – sur les activités universitaires. Dans un précédent texte, intitulé « Un acte 2 de l’"autonomie des universités" ? », nous faisions état des pressions multiples et constantes visant à accroître l’emprise de la gestion sur l’institution. S’inscrivant dans un mouvement plus large frappant l’ensemble des services publics, la diffusion du management participe de cette violence gestionnaire s’abattant sur les salarié.es et les collectifs de travail. Bien documentée dans de nombreux secteurs d’activités, la souffrance et la perte de sens au travail commencent à faire l’objet d’une attention particulière à l’Université, comme l’atteste la publication de textes précurseurs (ici ou ) ou de récents appels à contribution scientifique ( ou ici). À l’Université de Caen Normandie, l’Observatoire des Conditions de Travail lancé par SUD Éducation participe de cette tendance à analyser l’évolution des conditions d’exercice de nos métiers.

 


Télécharger l'intégralité du communiqué



Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Vers un état des lieux des restructurations à l'Université de Caen Normandie ?

 

 

 

 

Enjeu de la campagne électorale lors du renouvellement des conseils centraux de 2020, la fusion des universités normandes a été pour un temps abandonnée après la défaite de son principal promoteur. Rapprochement qui aurait assurément bouleversé l’organisation des universités, ce projet s’insérait dans un processus plus large de restructuration interne des composantes. Conformément aux objectifs fixés par les précédentes équipes dirigeantes, il s’agissait de « moderniser la gouvernance » de l’établissement et de faciliter le « pilotage stratégique » des composantes par l’administration et la direction centrales. Durant plus d’une décennie, on a ainsi vu fleurir des réorganisations de services centraux, de services communs, mais aussi d’UFR et d’IUT.

 

Si ces regroupements ont permis de simplifier les dialogues de gestion pour la direction, ils ont eu pour conséquences de décentraliser partiellement le rapport de force et d’internaliser la concurrence pour les ouvertures de postes au sein des composantes. Ainsi, les départements doivent désormais s’accorder au préalable sur un classement des besoins à faire remonter à la direction, accentuant les tensions entre collègues. Les fusions ont par ailleurs développé la bureaucratisation des composantes en alourdissant les procédures de délibération et en éloignant les lieux de décision des collectifs de travail. Exemple caricatural, car rassemblant des sites distants, l’IUT Grand Ouest Normandie (GON) montre une architecture institutionnelle bien peu démocratique, et extrêmement chronophage pour les responsables de département et de pôle. Les restructurations internes à l’établissement ont été aussi l’occasion d’accentuer la tendance à la mutualisation de l’administration de composantes, manière euphémisée de désigner la réduction des effectifs du personnel. La progressive disparition des scolarités de département dans les UFR fusionnées tend à laisser la place à des pôles administratifs transversaux aux missions élargies avec des moyens réduits. Une réorganisation qui a des implications désastreuses sur le métier des gestionnaires, mais aussi sur le service de proximité rendu aux usager.es.

 


Télécharger l'intégralité du communiqué



Communiqué de SUD Éducation Calvados et Solidaires

Après les élections aux Conseils Centraux :
quel avenir pour l’Université de Caen Normandie ?

 

Les élections aux conseils centraux du 13 octobre ont montré une nette volonté de changement de la part du personnel de l’Université de Caen Normandie. Le mécontentement, qui s’est exprimé dans les urnes, était déjà perceptible dans nombre de composantes à qui voulait bien l’entendre et était apparu en grand jour lors des voeux du Président en janvier dernier. L’image des soutiens à l’équipe de direction montant sur l’estrade illustrait le fossé qui s’était creusé avec une partie du personnel et des étudiant.es. Preuve s’il en était que ce moment de joyeuse perturbation de la cérémonie n’était pas un épiphénomène orchestré par une poignée de dangereux énergumènes, mais bien l’expression d’un malaise beaucoup plus profond.


Télécharger l'intégralité du communiqué


Recherche

Faits marquants en image

A suivre

  • Chut n°2

  • Chut n°3 bis

  • Chut n°3

  • Chut n°4

  • Chut n°5

prev next

En ligne actuellement

Nous avons 17 invités en ligne