Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

Comité d'Hygiène et Sécurité de l'Académie de Caen
7 avril 2022


Madame la Présidente du CHSCT A,

 

Le contexte sanitaire demeure une forte source d'inquiétude pour les personnels épuisés par deux ans de crise Covid. Alors que nous ne sommes pas sorti·es de la nieme vague, le gouvernement a décrété, contre l’avis de plusieurs épidémiologistes, que les mesures de protection contre le COVID ne sont plus nécessaires. Ainsi, depuis le lundi 14 mars, l'allégement du protocole sanitaire autorise le non port du masque dans les établissements scolaires, mais met en danger de nombreuses personnes vulnérables. Cette mesure avait été évoquée en février dernier par Olivier Véran à la condition que le nombre de patient·es en réanimation soit entre 1000 et 1500. Or, les derniers chiffres sont largement au-dessus avec un nombre à peine sous la barre des 2000.

 

Si l'impatience des personnels de pouvoir retrouver des élèves sans masque était une réalité néanmoins, à vouloir aller trop vite, la crainte des personnels est grande de voir le gouvernement revenir à l’obligation du port du masque dans les semaines à venir. D’autant plus qu’après deux ans de pandémie, la question des équipements de protection individuels n’est toujours pas réglée pour l'ensemble des personnels. Pour éviter un rebond épidémique il est urgent de prendre des mesures préventives comme la baisse du nombre d’élèves par classe afin d’éviter la surpopulation dans les salles de classe, la fourniture de masques FFP2 à tous les personnels et élèves qui en font la demande, l’équipement dans toutes les salles de capteurs de CO2

 

Les personnels de l’éducation sont également éprouvés par un contexte politique et social violent. La montée des discours d’extrême droite, xénophobes et réactionnaires nous rappelle le rôle fondamental d’un service public d’éducation au service de l’émancipation de tou·tes. Les personnels de l’éducation défendent quotidiennement une école ouverte, laïque et solidaire. Ce combat est essentiel à l’heure de la guerre déclenchée en Ukraine par le gouvernement russe. SUD éducation tient à apporter toute sa solidarité à la population ukrainienne.

 

Dans ce contexte, dans la circulaire relative aux mesures consécutives à la guerre en Ukraine adressée aux directrices, directeurs, inspectrices et inspecteurs, vous remerciez par avance les enseignants de la qualité de l’accueil fait aux réfugiés victimes de la guerre en Ukraine mais celle-ci dépend de l'ouverture de dispositifs adaptés concernant la scolarisation des enfants, telles que les UPE2A, ainsi que le recrutement de personnels spécialisés afin de garantir un accompagnement de qualité et de prévenir d’éventuelles dégradations des conditions de travail des personnels faute de moyens insuffisants. Par ailleurs les actions de solidarité envers les migrant·es ukrainien·ennes montrent qu’il est possible d’accueillir massivement les personnes migrantes, et qu’il est possible de garantir un accueil digne pour toutes et tous.

 

Enfin, nous tenons à rappeler que les suppressions de postes à répétition réduisent, voire bloquent les mobilités des personnels et amenuisent les possibilités de rapprochement du domicile. Faute de postes ouverts dans les établissements proches des résidences personnels, les agents doivent souvent se déplacer davantage pour se rendre sur leur lieu de travail entraînant une dégradation de leurs conditions de travail et avec un impact financier réel. Puisque les personnels de l’Éducation nationale ne choisissent pas leur lieu de travail, quelles mesures seront mises en oeuvre pour prévenir les RPS inhérents à ces conditions d’emploi ?

 

Au total : votre obligation de résultat de sécurité est loin d’être tenue, Madame la présidente ! Sans parler de celle du ministre de l’éducation nationale à l’instar de sa visite bruyante qui n’a même pas fait l’objet d’un article dans la presse régionale !

 

Soyez assurée, Madame la Présidente, de notre attachement au service public de l’Éducation Nationale ainsi qu’aux conditions de travail et de santé des personnels.

 


Télécharger la déclaration

Télécharger les avis de SUD Education



Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

Comité d'Hygiène et Sécurité de l'Académie de Caen
12 janvier 2022



Madame la Présidente du CHSCT A,

Nous aurions pu vous communiquer cette déclaration par voie de presse payante, mais l’auriez-vous lue ? Non ! Eh bien figurez-vous, nous non plus ! Pourquoi nous diriez-vous ? Tout simplement parce que SUD Education s’oppose farouchement à l’éducation capitaliste prônée par le ministre des sports et de la jeunesse et accessoirement de l’éducation nationale.

A l’assemblée nationale, ce même ministre a été interpellé à maintes reprises sur sa politique de protection des personnels et des usager·es des établissements scolaires de la maternelle à l’université. Impossible pour lui de dire qu’il ne savait pas, qu’il ne sait pas ! L’anticipation n’est pas un mot qui fait partie de son vocabulaire sauf peut-être pour le mauvais pan du mot qui permet la concrétisation des romans d’anticipation ! « La vague était prévisible avant même les vacances de Noël et vous n’avez rien anticipé comme toujours […] Ne pas sécuriser l’école est irresponsable et injustifiable quand on prétend protéger la santé des français. » d’autant plus quand le gouvernement fait voter une loi pour ne pas déployer des masques FFP2, des détecteurs de CO2 ou encore des purificateurs d’air déclare le député le mercredi 5 janvier.

Madame la présidente, tous les personnels de l’éducation nationale subissent une dégradation de leurs conditions de travail alors même que vous êtes garante de leur santé mentale et physique !

SUD Education exige que vous dotiez les établissements scolaires des matériels susnommés, que vous ré-instituiez le passage en demi jauge en recrutant des personnels qualifiés et la quarantaine pour les cas contacts et que vous donniez le mode opératoire des DGI afin que les personnels ayant un motif raisonnable de sentir en danger puissent l’exercer.

Il est injustifiable que les personnels se préoccupent d’une tâche qui vous incombe : la protection mentale et physique au travail.

Soyez assurée, Madame la Présidente, de notre attachement au service public de l’Éducation Nationale ainsi qu’aux conditions de travail et de santé des personnels.

 


Télécharger la déclaration

Télécharger les avis



Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

Comité d'Hygiène et Sécurité de l'Académie de Caen
14 juin 2021


Madame la Présidente du CHSCT A,

 

Dans cette instance vous avez été alertée à de nombreuses reprises des effets dévastateurs de la crise sanitaire sur la scolarité des élèves ainsi que sur la dégradation des conditions de travail des personnels. La multitude des protocoles sanitaires communiqués à la dernière minute, le manque de moyens de personnels remplaçants et les absences de personnels non remplacés, l'organisation tardive des épreuves certifiantes ont placé un grand nombre des personnels de l'éducation nationale en souffrance professionnelle. Dans ce contexte, quelles ont été les mesures prises en réponse à ces alertes ? : suppression de postes pour la rentrée prochaine ; multiplication des dispositifs reposant sur des heures supplémentaires au lieu de recruter des personnels et de pourvoir suffisamment les DHG des établissements ; généralisation des PIAL qui dégrade les conditions d'exercice des AESH, insuffisantes pour accompagner les élèves à besoins éducatifs particuliers ; aucune mesures concrètes pour remédier aux violences subies et signalées dans le RSST dans le cadre des missions ! Serait-ce de la bienveillance sans laxisme ?

 

Dans la feuille de route RH de l’académie de Normandie et donc du périmètre de Caen les actions inscrites portent pourtant l'ambition d’une plus grande attention aux personnels et à leur accompagnement, au plus près des écoles, des établissements et des services. Il est même précisé qu'une attention constante à la protection des personnels doit s’exprimer, au quotidien, pour favoriser l’exercice serein de leurs missions, que dans chaque situation où un personnel a besoin de la protection de son employeur, les ressources académiques seront mobilisées, voire par l’octroi de la protection fonctionnelle. Rien de nouveau puisque pour rappel l’employeur public, donc vous madame la Présidente, a pour obligations de prendre les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité et protéger leur santé physique et mentale.

 

Or, il est constaté que malgré la volonté des personnels de se faire vacciner pour pouvoir continuer à assurer leurs missions tout en se protégeant et protégeant les autres, les personnels ne sont pas accompagnés par les services administratifs qui leur demandent de différer leur RDV de première ou deuxième injection alors que la vaccination de l’ensemble de la population est un enjeu national ; un avis sera soumis au cours de cette instance.

 

Aussi, l'aération de certains locaux s’avère également importante mais impossible et pourtant il est reconnu que l’aération et la filtration de l’air des salles sont un véritable enjeu de sécurité pour les usager·es et les personnels. Néanmoins l’aération reste dans l’angle mort de la prévention de la transmission du Sars-Cov-2. Madame la Présidente, il est de votre devoir de veiller à ce que tous les établissements soient équipés de systèmes de ventilation performants afin de sécuriser la rentrée prochaine.

 

Enfin, Madame la Présidente, votre retour sur expérience, doit vous inciter à mettre une véritable politique de prévention des risques en renforçant la qualité sanitaire des infrastructures et en mettant en place des mesures efficientes quant à la protection des personnels.

 


Télécharger la déclaration

Télécharger les questions diverses

Télécharger la réponse à l'avis suite à la fermeture du collège de Sourdeval

Télécharger le courrier rectrice sur la vaccination



Déclaration de SUD Éducation Basse-Normandie et Solidaires

CHSCT-A
du 19 juin 2020

 

Madame la Présidente du CHSCT A,

 

Dans l’éducation, la crise sanitaire a mis en lumière tout ce qui ne fonctionne pas, tout ce qui ne fonctionne plus : les conditions de travail et d'enseignement dé- gradées, la sélection qui aggrave les inégalités sociales quand l’école devrait les combattre, l’abandon de l’égalité territoriale avec une école décentralisée à l'échelon le plus local, l'autoritarisme et le mépris de l'institution envers les personnels... obligeant chacun·e de nous à prendre position.

 

Et il y a eu et il y a les innombrables injonctions de dernière minute : les écoles ne fermeront pas, puis elles fermeront dès lundi. Seuls quelques niveaux reviennent, ah non, sur Caen, c’est tout le monde ! Pas de conseil d'école, ah si des conseils d’école. Pas de masques, des masques, des masques seulement dans certaines situations... Tout le monde a dû s'adapter, faire face aux consignes et sollicitations de la veille pour le lendemain.

 

Aujourd’hui, nous ne savons toujours pas à quoi ressemblera le 22 juin...les équipes restent sans nouvelle de leur chef de service puis reçoivent un premier protocole sanitaire allégé le 17 juin avec dès le lendemain un rectificatif alors que le guide est daté du 14 juin, jour de l’allocution du Président, mais les équipes demeurent, à ce jour, toujours sans nouvelles de leur chef de service !!!

 

Aujourd’hui, nous savons encore moins à quoi ressemblera le mois de septembre ! En plus d’une incompétence notoire, cela révèle le mépris et l'autoritarisme grimpant dans notre institution qui conduit inévitablement à des RPS. C’est pourquoi, les membres représentants des personnels au titre de Sud Éducation demandent dès aujourd’hui l’organisation de visites, dès la rentrée prochaine, dans un cadre de prévention des risques, pour analyser l’organisation du travail liée au COVID et les impacts sur la santé physique et mentale des agent·es (enseignants, administratifs, AESH, AED, service de la santé, de direction...) et leurs conditions de travail.

 

Rappelons à ce propos que nous sommes toujours contre la création d'emploi fonctionnel de directeur ou directrice d'école, contre le recrutement de chef·fes d'établissement issu·es du privé et nous resterons contre un avancement à un pseudo mérite.

 

Pourtant, on entend que l'école d'après COVID ne pourra plus être comme l'école d'avant, que nous devrons nous habituer à vivre avec ce danger.

 

Plus que jamais, notre revendication de 20 élèves par classe est d’actualité. Et cela permettrait de recruter davantage de personnels dont nous manquons cruellement.

 

Une rentrée sereine en septembre, c'est maintenant que ça devrait se préparer ! Au lieu de ça, le ministère fait comme s'il ne s'était rien passé et qu'aucun protocole ne sera nécessaire à la rentrée. Allez, hop ! On repart comme avant avec au programme : classes surchargées et suppressions de postes, de moyens (brigades, PDMQC...), évaluation des élèves dans un souci de performance. Si nous devions évaluer les objectifs de gestion de cette crise sanitaire par notre ministère, nous cocherions la case « dépassée » tant l’incurie est grande !!!...L'austérité est toujours à l'ordre du jour des services publics en général, et de l'Éducation en particulier. Bref, retour au monde d'avant !

 

Surtout ne rien changer donc, pour pouvoir continuer à détruire le système public d’éducation à coup de politique de rigueur et poursuivre la dégradation des conditions de travail des personnels. Même des hauts fonctionnaires critiquent le management dans l'Éducation Nationale en se demandant jusqu’où nous irons comme ça. Madame la Présidente, comme nous aurions voulu vous voir signer cette fameuse tribune, avoir de l’aide quand nous en avions besoin, ne pas subir de nouvelles réorganisations et injonctions parmi lesquelles : animation pédagogique, LSU, 2S2C, accueil réorganisé toutes les semaines, évaluation des stagiaires, des T1 et même des T2, jusqu’à cette décision brutale et honteuse de profiler des postes à l’école Freinet d’Hérouville-Saint-Clair, au lieu de contribuer au retour à un fonctionnement harmonieux du service ...

 

En agissant ainsi, vous faites le choix de faire, à la fois, sans nous et contre nous, personnels de l’Éducation Nationale.

 


Télécharger la déclaration


Recherche

Faits marquants en image

A suivre

  • Chut n°2

  • Chut n°3 bis

  • Chut n°3

  • Chut n°4

  • Chut n°5

prev next

En ligne actuellement

Nous avons 20 invités en ligne