Des enseignant-es du

1er degré du Calvados

Motion de l'assemblée générale comprenant les personnels présents

et l'intersyndicale éducation des professeurs du 1er degré

réunie le mercredi 30 janvier à Hérouville-Saint-Clair

 

L'assemblée générale et les organisations syndicales appellent à ne pas faire passer ni remonter les évaluations nationales. De nombreux/ses collègues se sont déjà engagé-es dans cette action.


Nous considérons que ces évaluations ne sont pas adaptées aussi bien dans leur contenu que dans l'organisation et la passation. Les évaluations doivent rester au service des élèves et des enseignants. Elles ne doivent en aucun cas faire l'objet d'une publication qui met les écoles en concurrence.

Enfin, nous dénonçons les conditions de stockage des données numériques personnelles de nos élèves sur des serveurs privés (Amazon) sans aucune garantie de confidentialité et d'utilisation future.

 


Télécharger la motion de l'AG des enseignant-es du premier degré

Télécharger un modèle de lettre des enseignant-es à destination des parents

Télécharger un modèle de lettre pour les parents à destination du DASEN

Télécharger la lettre de l'intersyndicale envoyée au DASEN


Des enseignant-es du

1er degré du Cal

Des enseignant-es du

1er degré du Calvados

vados



École Freinet d'Hérouville

2 motions de Conseil des Maîtresses

contre les évaluations nationales

 

Évaluations CP/CE1

 

Le conseil des maitres de l’école primaire Freinet a décidé de ne pas faire passer les évaluations  CP/CE1 en cette rentrée 2018.

 

Après avoir pris connaissance du protocole d’évaluation à destination des élèves de CP et CE1, le conseil des maîtres considère que de nombreux items sont inadaptés aussi bien dans leur contenu que dans leur organisation et passation. La limitation du temps génère du stress, la période choisie pour effectuer ces évaluations n’est pas en cohérence avec les programmes de 2015 qui préconise une adaptation progressive et rassurante à l’entrée en CP.

 

 

Lire la suite...


Motion d’actualité adoptée par la fédération SUD éducation

Non à la repression contre les opposants

du projet d'enfouissement nucléaire à Bure

 

La fédération SUD Éducation réunie en conseil fédéral les jeudi 21 et vendredi 22 juin 2018 dénonce la répression globalisée menée contre les militant⋅e⋅ s mobilisé.es face au projet de poubelle nucléaire CIGEO dans la Meuse.


Depuis les années 2000, la commune de Bure a été choisie par le lobby nucléaire et l’État français comme laboratoire pour l’enfouissement des déchets de l’industrie nucléaire. Ce samedi 16 juin, la manifestation festive ayant réuni 3500 personnes à Bar le Duc (55) s’est déroulée dans un contexte de déploiement policier imposant et agressif. Durant cette journée, plus d’une dizaine d’interpellations ont été menées, la plupart ayant débouché sur des gardes-à-vue. Au moins une d’entre elles a entraîné une comparution immédiate prononçant une condamnation à 4 mois avec sursis pendant 2 ans, une  interdiction de territoire en Meuse et Haute-Marne et 4 semaines de TIG du militant interpellé pour violence, outrage et rébellion. Mercredi 20 et jeudi 21 juin, une vague coordonnée de perquisitions a été réalisée sur différents lieux investis par les militant⋅e⋅ s pour mener leur lutte, en particulier la Maison de Résistance à Bure. Le domicile parisien d’un avocat du mouvement a également fait l’objet d’une perquisition. Cette nouvelle opération policière s’est soldée par 10 interpellations prolongées par 8 gardes à vue, dont celle de l’avocat, et de deux auditions libres. La criminalisation du mouvement social pour imposer un projet d’enfouissement de déchets nucléaires inutile et dangereux ne peut rester sans réaction.

 

Lire la suite...

Recherche

Faits marquants en image

En ligne actuellement

Nous avons 38 invités en ligne