Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image

RETRAITES
UNE « RÉFORME »
PEUT EN CACHER UNE AUTRE !


Le Sénat vient d’adopter le projet de loi sur les retraites. Non content de bafouer ainsi nos concitoyens qui y sont massivement hostiles, le Sénat y a ajouté en catimini, en pleine nuit, un amendement prévoyant de « réfléchir » en 2013 à « une réforme systémique » du système de retraite, c’est-à-dire à la mise en place d’une réforme par points ou par comptes notionnels. Alors que le gouvernement ne cesse de nous répéter que sa présente réforme devrait résoudre le problème des retraites, il en prépare déjà une autre. Quel aveu !


Dans un système par points ou par comptes notionnels, le calcul de la retraite ne se fait pas sur les meilleures années mais sur l’ensemble de la carrière, ce qui aboutit automatiquement à une baisse du niveau des pensions. Un système par points permet aussi de faire baisser le montant des pensions en jouant sur la valeur du point. Un système à comptes notionnels introduit de plus l’espérance de vie dans le calcul de la pension. Plus l’espérance de vie augmente, plus la pension baisse. Enfin, ces systèmes ne sont pas construits pour intégrer les mécanismes de solidarité mis en place pour corriger certaines inégalités, notamment envers les personnes, essentiellement des femmes, assurant des responsabilités familiales. Le Conseil d’orientation des retraites (COR), dans son rapport de janvier 2010, avait d’ailleurs indiqué que, non seulement, ces systèmes étaient incapables de répondre aux problèmes démographiques, mais que leur mise en place provoquerait une baisse de 20 % du niveau des pensions.


Enfin, il s’agit d’une individualisation de la retraite poussée au maximum, chacun pouvant, théoriquement, partir à l’âge qu’il veut à condition d’en payer le prix. Sous le vocable du libre choix se cache une aggravation considérable des inégalités. Les salariés les moins bien payés auront tendance à vouloir travailler plus longtemps pour avoir une meilleure retraite. Ils auront ainsi une double peine, des petits salaires et une durée de retraite encore plus courte… à moins que le patronat, comme c’est le cas aujourd’hui, continue de se débarrasser des salariés âgés bien avant 60 ans.


De tels projets constitueraient donc une régression sociale qui prolongerait celle que le gouvernement actuel tente d’imposer aux salariés. Une raison de plus de le mettre en échec.


Télécharger le dossier

 


Face au projet injuste du gouvernement sur les retraites
La grève est un droit pour tous,
et donc pour chacun et chacune !

 

Chaque salarié-e a le droit de faire grève : petite ou grande entreprise, du public comme du privé, avec ou sans syndicat ? Le droit de grève est un droit garanti par la Constitution, il n’est pas réservé aux syndiqué-e-s? Personne ne peut être sanctionné pour avoir fait grève !


Le gouvernement s’entête à ne pas écouter les salarié-e-s qui, très majoritairement, refusent de subir une nouvelle attaque contre leurs retraites. Les manifestations massives du samedi 2 octobre n’ont pas suffi à le convaincre de retirer son projet de loi, il faut donc augmenter la press ion ! Cela passe évidemment par des grèves de plus en plus massives, dans le maximum d’entreprises, dans le maximum de secteurs.


Dans ce mouvement, chacun-e peut prendre sa place !


Le droit de grève est une liberté individuelle, garantie par la loi. En dehors des policiers et des militaires, tout-e salarié-e, syndiqué-e ou non, a le droit de faire grève. Aucun employeur ne peut empêcher un-e salarié-e de faire grève, aucun employeur ne peut sanctionner un-e salarié-e pour avoir utilisé le droit de défendre ses intérêts !


Le gouvernement, les patrons et une grande partie des médias font croire que seul-e-s les salarié-e-s du secteur public ont le droit de faire grève, espérant ainsi empêcher que le mouvement ne s’étende ! C’est un mensonge de plus, dont on voit bien qui il sert ! Même dans les petites entreprises, le droit de grève existe, il faut le faire respecter !


Il n’est pas obligatoire de prévenir son patron, aucun délai n’existe (sauf pour la fonction publique, les entreprises – de transport, par exemple - soumises au dépôt d’un préavis).
Vous pouvez faire grève pour la durée que vous décidez, une heure, une demi-journée, une journée ou plus ! Une sanction ou un licenciement pour fait de grève serait automatiquement déclaré nul par les tribunaux !


Le 12 octobre 2010, c’est l’ensemble des organisations syndicales qui appelle à faire grève et manifester contre le projet de loi sur les retraites. Nous avons tous le droit d’y participer !


Protestons, crions notre colère, et donnons-nous les moyens de faire céder le gouvernement et de gagner.


Télécharger le document


Agenda militant

<< Août 2018 >>
LMMJVSD
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui405
mod_vvisit_counterHier5218
mod_vvisit_counterCette semaine9449
mod_vvisit_counterLa semaine dernière11197
mod_vvisit_counterCe mois-ci29591
mod_vvisit_counterLe mois dernier107265
mod_vvisit_counterCumul6429703

 ,