Recherche

Derniers articles


Déclaration de SUD Éducation et Solidaires Basse-Normandie

C.A.E.N. du 25 septembre 2017

 

Brutalité.


Brutalité est le mot qu’il faut retenir pour résumer le mode d’application des réformes enclenchées par le nouveau pouvoir en place.


Brutalité pour le retour en arrière des rythmes scolaires à la semaine des 4 jours, changement imposé en fin d’année scolaire, sans bilan, sans temps de concertation posée et efficace, avec pour conséquence l’accroissement des inégalités entre les écoles des communes riches où les élèves pourront profiter d’activités périscolaires de qualité, et celles moins riches où les enfants des milieux populaires n’auront plus accès à d’autres ouvertures sur la vie que des écrans de télé ou d’ordinateur.


Brutalité pour l’élimination de plus de 100 000 contrats aidés, sans autre solution proposée aux personnes, que de se retrouver jetées hors du monde du travail sans indemnités et davantage précarisées.


Brutalité financière pour les familles ayant des enfants en Lycée Pro : auparavant le Conseil Régional payait les équipements nécessaires aux élèves, maintenant le nouveau système d’allocation laisse aux parents une partie de la note à régler.

 

Brutalité de l’annonce de la fermeture des collèges de Colombelles et de Port-en-Bessin. Les collègues concerné-es l’ont appris par la presse, les services rectoraux ne se déplaçant même pas au contact de leurs employé-es. Le vote décisionnel du Conseil Départemental n’aura lieu qu’en mars 2018, en pleine période de demandes de mutation , mais préjugeant du résultat la DSDEN va préparer les équipes à l’inéluctable.


Lire la suite...


Pétition du Front Social

Stop à la dispersion des manifestations !

 

À travers cette pétition, nous proposons la tenue d'une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s'entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes...

 

Amis et camarades,

 

Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des chômeurs aux locataires, des salariés à toute la population. Ce ne sont pas des « réformes » mais une contre-révolution libérale.

 

De toute urgence, nous voulons avec vous lever les obstacles à la mobilisation :

  • d’un côté les mesures dévoilées chaque jour globalisent une offensive contre toutes et tous, de l’autre les dates de l'agenda de ripostes organisent leur dispersion.
  • d’un côté un besoin de résister et une aspiration unitaire s’expriment en de nombreux endroits, de l’autre des prévisions de cortèges et d’actions semblent s’ignorer, voire se concurrencer.

Nous ne nous pouvons pas nous permettre le luxe d'une défaite. L’offensive de Macron est bien trop dangereuse et touche à l’essentiel.

 

 

Lire la suite...


Pour la relaxe des neuf prévenu-es de Poitiers

Halte à la criminalisation des mouvements sociaux et à la répression, à Poitiers comme ailleurs !

La fédération SUD s’associe à SUD Education et Recherche 86 et exige la relaxe des neuf prévenu-es de Poitiers, victime de répression pour s’être mobilisé-e-s contre la loi Travail 1. Face à la répression, la solidarité est notre arme !

 

Pour la relaxe des neuf prévenu-es de Poitiers

 

En 2016 s’est déroulée une importante mobilisation contre la loi travail El Khomri dans toute la France. A Poitiers, l’intersyndicale réunissant CGT-FO-FSU-SOLIDAIRES-CNT.SO-UNEF-SGL avait appelé le 19 mai à une manifestation jusqu’à la gare. A cette occasion, 500 personnes ont investi pendant près de deux heures l’enceinte de la SNCF. La Police s’est installée sur les voies, puis, à l’appel de l’intersyndicale, les manifestants ont poursuivi la manifestation jusqu’à la place de la gare de Poitiers. Cette action collective s’est déroulée dans le calme et sans aucune dégradation. Or, onze manifestants ont été convoqués au commissariat de Police en juin 2016. Ainsi, sur 500 manifestants dans l’enceinte de la SNCF, onze sont entendus, tous connus pour leur militantisme politique et/ou syndical. Ce choix pour le moins sélectif ne participe-t-il pas à la stratégie « diviser pour mieux régner » ? Dans l’enceinte de la SNCF, nous y étions ou nous aurions pu y être ! Le jour de la convocation, Solidaires 86 avait appelé à un rassemblement devant le commissariat de Poitiers pour dénoncer ce ciblage politique qui participe à la criminalisation des mouvements sociaux et qui tente d’affaiblir l’unité dans les luttes.

 

 

Lire la suite...

Agenda militant

<< Oct. 2017 >>
LMMJVSD
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui2054
mod_vvisit_counterHier2535
mod_vvisit_counterCette semaine4589
mod_vvisit_counterLa semaine dernière20881
mod_vvisit_counterCe mois-ci82664
mod_vvisit_counterLe mois dernier101932
mod_vvisit_counterCumul5300671

 ,