Recherche

Derniers articles

Après les batailles sur l’eau, le rail, l’éducation, la santé… La votation citoyenne en défense de La Poste vient de démontrer à la fois le fort potentiel de résistance et d’attachement aux services publics existant dans la population, l’efficacité de l’unité la plus large et l’importance de mettre ensemble citoyenNEs/usagerEs, personnels et éluEs.

La résistance est indispensable, mais nous ne pouvons nous contenter de défendre un existant que nous voulons transformer, ni nous résigner à le faire dans le cadre d’un choix de société par nature antagonique à l’essence du Service Public. Il nous faut reprendre l’offensive idéologique sur le terrain du Service Public (et pas seulement de tel ou tel SP).
Les politiques néolibérales viennent d’exploser dans une crise économique, sociale et environnementale qui confirme à la fois leur inefficacité, leur coût et l’injustice qu’elles produisent.
Nous sommes convaincus que notre époque est celle d’une prise de conscience par les peuples de l’unité de leur destin. Nombre de biens et de services sont appelés à entrer dans le patrimoine commun de l’humanité ce qui appelle une large appropriation sociale et la mise en oeuvre de services publics à tous niveaux : local, national, international, mondial. Le XXI° siècle peut et doit être l’ « âge d’or » du service public. En raison de son expérience et de son histoire, la contribution de notre pays pourrait être essentielle dans cet avènement.
Nous proposons donc de nous appuyer sur les mobilisations existantes, et qui gardent leur dynamique propre, les aspirations citoyennes, les comités existants pour ouvrir un débat très large sur les axes suivants POUR des services publics et une fonction publique du 21ème siècle, efficaces et démocratiques.

Télécharger le document


Depuis 1996, Greenpeace se bat contre la dissémination des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM). Ils présentent beaucoup trop de risques pour que l'on puisse se permettre leur généralisation. Ils sont un danger pour l'environnement, présentent des risques pour la santé et menacent les équilibres économiques et sociaux. Ils posent également des questions éthiques qui n'ont pas fait l'objet d'un débat suffisant. Greenpeace est opposée à la culture des OGM en plein champ. Parce qu'elle est source de pollution génétique. Parce qu'elle menace la biodiversité. Parce qu'elle contamine inévitablement les filières agricoles traditionnelle et « bio ».


Par contre, Greenpeace n'est pas opposée à la recherche en milieu confiné (sous serre ou en laboratoire), notamment dans une perspective médicale. Nous ne sommes pas contre la recherche ou le progrès. Nous sommes pour que la science profite à tous en respectant l'environne
ment.

Lire la suite...


VOUS AVEZ DIT ORIENTATION ?


Jamais le mot orientation n’est autant apparu dans les discours d’un président de la république, ni même dans ceux d’un ministre de l’Education Nationale. Qu’il revienne régulièrement dans les propos d’un haut commissaire à la jeunesse semble plus attendu. Mais tout cela interroge, et en premier lieu les personnels du service public d’orientation qui ne peuvent échapper à un questionnement existentiel lorsqu’ils entendent le président annoncer la création d’un grand service public d’orientation. De quoi parle-t-on lorsqu’il est question d’orientation? Tout le monde, et au sein même du gouvernement, parle-t-il de la même chose ? Sait-on d’ailleurs de quoi on parle ?

NOUS ENTENDONS INSERTION


De « l’orientation tout au long de la vie » chère à Martin Hirsch à une « orientation scolaire et professionnelle avec un droit à l’erreur » évoquée par Nicolas Sarkozy en passant par une « orientation plus progressive, plus ouverte, plus juste » revendiquée par Luc Chatel dans sa réforme des lycées, il y a de quoi se perdre dans une nébuleuse autour d’un mot clé qui résonne bien différemment à l’oreille des uns et des autres.


Subie ou choisie, ratée ou réussie, impasse ou sésame, l’orientation est souvent vécue sans nuance dans un système scolaire où de plus en plus la réussite se mesure en terme d’accès au monde de l’entreprise. Dans une société qui se déleste sur l’école de ses difficultés à insérer une partie importante de sa population, et de ses jeunes en particulier, il n’est pas innocent d’accorder autant d’importance à la question de l’orientation.


Mais c’est dans un bouleversement des fondements mêmes de l’école et de ses objectifs que s’inscrit toute cette effervescence autour de l’orientation. Si l’insertion (les débouchés) a longtemps été un des éléments à prendre en compte dans les choix d’orientation, on veut aujourd’hui faire de l’orientation un des déterminants de l’insertion.


C’est bien de cela dont il est question lorsque Martin Hirsch évoque des plateformes territoriales d’orientation regroupant tous les acteurs de l’insertion. C’est aussi de cela dont il est question lorsque Nicolas Sarkozy évoque un grand service public d’orientation alors qu’il laisse dépérir petit à petit l’actuel service public d’orientation intégré au service public d’éducation. C’est encore de cela dont il est question lorsque l’on refuse de se confronter aux problèmes réels de l’orientation des jeunes

Lire la suite


Agenda militant

<< Févr. 2018 >>
LMMJVSD
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1574
mod_vvisit_counterHier2380
mod_vvisit_counterCette semaine6174
mod_vvisit_counterLa semaine dernière19498
mod_vvisit_counterCe mois-ci62654
mod_vvisit_counterLe mois dernier121501
mod_vvisit_counterCumul5837358

 ,