Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image


Déclaration de SUD Éducation

CDEN du 30 novembre 2017

 

M. Dupont Président du Conseil Départemental déclarait en janvier 2016 qu’aucune fermeture de collège n’était envisagée. Mais après cette rentrée scolaire, il annonce sans avertissement, sans précaution, sans vote de l’assemblée territoriale compétente, sans prévenance des familles et des personnels concerné-es qui apprennent la mauvaise nouvelle encore une fois par la presse, la fermeture des collèges de Colombelles et de Port-en-Bessin.


Le passé ne peut-il pas servir de leçon ? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, apprendre seulement par voie médiatique de telles annonces provoque inévitablement amertume et très forte colère. Les détenteurs/trices de pouvoir ne prennent pas la peine de se déplacer et de rencontrer les citoyen-nes, d’expliquer leur action ? Que redoutent-ils ou elles, si leur projet est juste ?


La non-prise en compte des expériences passées, ces négligences coupables montrent un effrayant mépris vis-à-vis des parents, des élèves, des personnels, engagé-es malgré eux/elles dans un processus dont ils et elles ne sont même pas informé-es. La non-connaissance des intentions, l’habituation à la passivité et/ou à la contrainte ne favorisent pas la participation des populations concernées, encore moins l’éducation à la citoyenneté, si présente dans notre environnement de travail, et largement évoquée dans les discours présidentiels, où l’on entend aussi le retour des services de proximité. Avec la fermeture de collèges ?


D’aucuns s’étonneront qu’une bonne partie de la population se méfie des hommes et des femmes politiques et ne se rende plus aux urnes.


La violence institutionnelle, le déni de concertation, la verticalité des décisions, SUD Éducation les combattra toujours.

 

Lire la suite...


Déclaration de SUD Éducation Calvados

CAPD du 30 novembre 2017

 

M. Dupont Président du Conseil Départemental déclarait en janvier 2016 qu’aucune fermeture de  collège n’était envisagée. Mais après cette rentrée scolaire, il annonce sans avertissement, sans précaution, sans vote de l’assemblée territoriale compétente, sans prévenance des familles et des personnels concerné-es qui apprennent la mauvaise nouvelle encore une fois par la presse, la fermeture des collèges de Colombelles et de Port-en-Bessin.


Le passé ne peut-il pas servir de leçon ? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, apprendre seulement par voie médiatique de telles annonces provoque inévitablement amertume et très forte colère. Les détenteurs/trices de pouvoir ne prennent pas la peine de se déplacer et de rencontrer les citoyen-nes, d’expliquer leur action ? Que redoutent-ils ou elles, si leur projet est juste ?


La non-prise en compte des expériences passées, ces négligences coupables montrent un effrayant mépris vis-à-vis des parents, des élèves, des personnels, engagé-es malgré eux/elles dans un processus dont ils et elles ne sont même pas informé-es. La non-connaissance des intentions, l’habituation à la passivité et/ou à la contrainte ne favorisent pas la participation des populations concernées, encore moins l’éducation à la citoyenneté, si présente dans notre environnement de travail, et largement évoquée dans les discours présidentiels, où l’on entend aussi le retour des services de proximité. Avec la fermeture de collèges ?


D’aucuns s’étonneront qu’une bonne partie de la population se méfie des hommes et des femmes politiques et ne se rende plus aux urnes.


La violence institutionnelle, le déni de concertation, la verticalité des décisions, SUD Éducation les combattra toujours.

 

Lire la suite...

Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche
Séance du 13 novembre 2017

Projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants

 

 

À l’été 2017, des dizaines de milliers de bacheliers et bachelières se sont retrouvé-e-s sans affectation dans le supérieur.

 

Pourtant cette situation de crise était tout sauf imprévue.

 

Si tant de bachelier-e-s se sont retrouvé-e-s sur le carreau, c'est le résultat d'un manque de moyens alloués aux universités afin qu’elles puissent assurer leur mission dans le cadre d’une augmentation importante et durable du nombre d’étudiant-e-s prévue depuis 20 ans. Il manque l’équivalent de trois  universités en France pour accueillir l’ensemble des bacheliers et bachelières alors qu’ils et elles seront à nouveau entre 40 et 50 000 supplémentaires l’an prochain.


Un projet de loi qui se base sur des capacités d’accueil insuffisantes c’est la reconnaissance par l’état de ses défaillances. Mais au lieu de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour accueillir dignement, encadrer et garantir la réussite de toutes et tous, le gouvernement en prenant comme prétexte le fiasco organisé d'APB, en profite pour établir purement et simplement la sélection à l’entrée à l’université.


À la sélection par l’échec dû au manque de places et de moyens, il ajoute une sélection officielle qui va d’autant plus accentuer la sélection sociale.


Répondre à l’échec par la sélection, c’est se féliciter d’apprendre à nager aux poissons.

 

Lire la suite...

Agenda militant

<< Juin 2018 >>
LMMJVSD
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui5484
mod_vvisit_counterHier2866
mod_vvisit_counterCette semaine10482
mod_vvisit_counterLa semaine dernière23381
mod_vvisit_counterCe mois-ci55828
mod_vvisit_counterLe mois dernier126426
mod_vvisit_counterCumul6224322

 ,