Recherche

Derniers articles


Motion pour le lancement d'une campagne nationale
contre la répression anti syndicale

 

La répression anti syndicale vise de plus en plus d'équipes et de camarades. Les remises en cause du code du travail, les ordonnances Macron ont accentué un sentiment d'impunité et l’arrogance chez certains employeurs qui se croient tout permis, dans le public comme dans le privé.


Ainsi en Auvergne, la Croix Marine, une entreprise dont la vocation est l'entraide et la solidarité (sic!), a décidé de licencier 3 représentants du personnel SUD Santé Sociaux. Fort heureusement, l'inspection du travail a refusé ces licenciements mais nos 3 camarades restent sous la menace d'une procédure d'appel de la part de leur employeur.

 

Ainsi, à Poitiers 10 manifestant-es ont été inculpé pour avoir envahi un espace SNCF le 19 mai 2016, lors d’une manifestation contre la loi travail, et sont passé-es en procès le 17 novembre au palais de justice.

 

Ainsi, une camarade de Sud Travail a été suspendue de ses fonctions et traduite en CAP disciplinaire en décembre 2017 pour faute grave. Il lui était reproché d’avoir « manqué à son devoir de réserve en s’exprimant en tant qu’inspectrice du travail » lors d’un rassemblement syndical organisé par Solidaires et d’autres associations pour protester contre la venue de la « DRH de l’entreprise France » au congrès des DRH.

 

Lire la suite...


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué de presse commun

L’Union Européenne tente de saboter le  traité contraignant garantissant le respect des droits humains par les multinationales.

 

 

_
Lors du 5ème comité de l’assemblée générale des Nations Unies, qui se tient actuellement à New York, l’Union Européenne a déposé une résolution visant à supprimer le budget alloué au fonctionnement du groupe intergouvernemental pourtant très important : celui-ci est en charge d’établir un instrument international juridiquement contraignant pour les sociétés transnationales et autres entreprises afin de les obliger à respecter les droits humains.

Par cette résolution, qui sera soumise au vote fin décembre, l’Union Européenne cherche à mettre fin au processus de négociations qui a débuté en 2014 et dont la dernière session s’est déroulée à Genève du 23 au 27 octobre 2017. L’argument évoqué est d’ordre soit-disant technique, alors qu’il est en réalité de nature politique. Selon l’Union Européenne, la résolution de 2014 ne préciserait que la tenue des trois premières sessions de négociations.

Estimant qu'elles ont déjà eu lieu , l'UE prétend que le groupe intergouvernemental de négociation n’aurait plus de mandat. La résolution est pourtant bien claire, elle précise le déroulement des trois premières sessions, mais donne mandat au groupe de négociation pour élaborer un instrument contraignant. Tant que celui-ci n’est pas finalisé, la résolution court.

Après avoir tenté, lors de la session de négociation d'octobre, de mettre fin au mandat du groupe de travail en remettant en question le contenu de la résolution qui l'a fondé, l'Union Européenne brandit donc la menace budgétaire.
_

Lire la suite...

Agenda militant

<< Janv. 2018 >>
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui158
mod_vvisit_counterHier3595
mod_vvisit_counterCette semaine52480
mod_vvisit_counterLa semaine dernière17274
mod_vvisit_counterCe mois-ci83594
mod_vvisit_counterLe mois dernier63675
mod_vvisit_counterCumul5736797

 ,