Recherche

Derniers articles


Madame Pénicaud,

qui profite (vraiment) du système ?

Jeudi 4 janvier, Murielle Pénicaud, ministre de la casse du droit du travail et de la chasse aux chômeur-euses, s’en prenait au micro de France Inter à « ceux qui profitent du système ».

 

Mais de qui parlait-elle ?

 

D’elle-même, qui grâce à la réforme de l’Impôt sur la fortune décidée par son gouvernement, va réaliser plus de 62 000 euros d’économies (soit l’équivalent de 5 années de SMIC) ?


D’elle-même, qui a touché, en tant que DRH de Danone, en salaires et stock-options, 4,7 millions d’euros entre 2012 et 2014 alors qu’elle organisait un plan de licenciement de 900 salarié-es?


Ou dénonçait-elle plus largement ses nombreux collègues du gouvernement, eux aussi multimillionnaires (Hulot, Nyssen Parly, Buzyn...) et qui, mesure après mesure, multiplient les cadeaux aux patrons, aux actionnaires et aux banquiers ?

 

Ou pointait-elle ces « grandes fortunes » comme Bernard Arnault qui paient très cher des avocats fiscalistes pour exiler ses revenus et payer moins d’impôt en France ?

 

Lire la suite...


 

Décret stages :
moins d’encadrement, les cours sans profs !

 

En plus de contrôler l’orientation des bachelier.e.s, Frédérique Vidal la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche signe un décret qui rendra les études plus difficiles à poursuivre. Ce décret diminue l’encadrement des stages étudiants.


Les tuteurs et tutrices dans l’établissement d’études chargé·es de vérifier la qualité pédagogique du stage (obligatoire) devront dorénavant encadrer 24 étudiant·es-stagiaires (contre 16 avant). Cette décision a été prise car il manquait du personnel pour encadrer la totalité des étudiant·es stagiaires. Le gouvernement, au lieu d’engager davantage de monde, contourne le problème en augmentant la charge de travail sur un nombre insuffisant de travailleurs·es. Prête à tout pour ne pas financer correctement les établissements, Frédérique Vidal décide d’économiser 150h de cours sur les 200h requises dans une année d’études comportant un stage. Ces 150h ne seront plus des cours en classe avec des professeur·es diplômé·es mais se transformeront en travail personnel à la maison avec des vidéos et des QCM à faire sans aucune forme d’accompagnement.


Si un encadrement est nécessaire sur les stages c’est parce que des abus ont déjà été constatés dans des entreprises. Certaines profitent qu’un·e salarié·e soit absent·e, suspendu·e ou licencié·e pour engager un·e étudiant·e-stagiaire qui lui coûte moins cher (3,60€ de l’heure, rémunération exonérée d’impôts pour l’entreprise). Cette pratique est illégale, sinon c’est un CDD qu’il faut rémunérer au SMIC (9,88€ brut par heure) ! De plus le contenu du stage doit permettre d’acquérir un savoir-faire par une mise en situation, et il ne doit ni consister à servir le café et faire les photocopies, ni remplir un objectif essentiel à l’entreprise ou qui lui profite exclusivement !

 

Des moyens humains et financiers

pour un enseignement supérieur de qualité !


Un encadrement juste pour des stages

en accord avec notre parcours !

 


Télécharger le communiqué


Agenda militant

<< Janv. 2018 >>
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1395
mod_vvisit_counterHier1635
mod_vvisit_counterCette semaine50122
mod_vvisit_counterLa semaine dernière17274
mod_vvisit_counterCe mois-ci81236
mod_vvisit_counterLe mois dernier63675
mod_vvisit_counterCumul5734439

 ,