Recherche

Derniers articles


Intersyndicale CGT – SUD – UNATOS-FSU de l'Université de Caen Basse-Normandie

LETTRE OUVERTE

à M. le Président du Conseil Régional de Basse-Normandie

Nous vous avons adressé le 2 février 2010 une première lettre (restée sans réponse) dénonçant le licenciement abusif de Xavier Dufresne par Mme Josette Travert, actuellement Présidente de l’Université et par ailleurs maire adjointe PS de Caen. Cette lettre s’accompagnait du jugement du Conseil des Prud’hommes du 11 septembre 2009 condamnant le « licenciement sans cause réelle et sérieuse » de Xavier Dufresne, contractuel à durée indéterminée, après 12 années au cours desquelles il avait donné toute satisfaction. Ce jugement relève en outre une accumulation impressionnante d'erreurs et de fautes de l’employeur, y compris en violation du droit du travail.

L’intersyndicale réclame depuis près d’un an que Xavier Dufresne retrouve son emploi à l’Université. L’entêtement de la Présidente à refuser cette solution de justice et de bon sens a donné un caractère public à cette déplorable affaire, qui a déjà fait l’objet de plusieurs articles dans la presse régionale. Après un premier article intitulé « condamnation de l’Université pour licenciement abusif » le 27 octobre 2009, Ouest-France lui en a consacré un nouveau le 30 mars 2010.

Nous nous adressons publiquement à vous au titre de Président du Conseil Régional nouvellement élu sous l’étiquette de « la Gauche solidaire, innovante et écologique ».

Nous espérons que la solidarité affirmée dans votre programme se manifeste prioritairement pour les travailleurs injustement privés d’emploi, surtout quand cela est établi par une décision de justice. Si ce n’était pas le cas, nous devrions conclure qu’il s’agit d’une solidarité qui se manifeste avant tout avec une responsable du même parti, quels que soient ses torts en cette affaire.

Dans le volet « Innovation » de votre programme, sous le titre « Former plutôt que chômer », figure : « … nous ouvrirons un “ droit à la deuxième chance ” des salariés licenciés ou en difficulté … ». Ce “ droit ” doit s’appliquer à Xavier Dufresne plus qu’à tout autre salarié licencié, puisqu’il a été privé de sa “ première chance ” par un licenciement abusif. Ajoutons que dans son cas une formation est inutile puisqu’il est unanimement reconnu compétent pour le travail qu’il effectuait à l’Université.

Le Conseil Régional de Basse-Normandie est un partenaire majeur de l’Université de Caen Basse-Normandie, partie prenante pour moitié avec l’État dans les réalisations de l’Université qui se feront suivant  le contrat État-Région, en particulier la Maison des Langues et de l'International (MLI).  Son investissement important dans les infrastructures matérielles de l’Université ne doit pas le laisser indifférent au sort des  personnes qui travaillent à l’intérieur de l’Université, surtout quand ces personnes contribuent au rayonnement de la Région Basse-Normandie au  travers de  l’accueil des  étudiants étrangers.

L’intersyndicale CGT – SUD Éducation – UNATOS-FSU vous demande donc instamment d’intervenir auprès de la Présidente pour que Xavier Dufresne retrouve son emploi à l’Université.

Caen, le 20 avril 2010

Copie

- aux Conseillers Régionaux de Basse-Normandie
- aux Conseillers Municipaux de la Ville de Caen
- à la presse régionale



 

Monsieur Luc Chatel
Ministre de l'Education Nationale
110 rue de Grenelle
75357 PARIS 07 SP

Le 26 février 2010


Les organisations syndicales, associations professionnelles et associations de parents d’élèves tiennent à vous interpeller à nouveau sur le non respect de l’engagement qui leur a été donné, suite à l’importante mobilisation de l'an dernier, de maintenir le dispositif des RASED dans l’Ecole.


En effet, si la parution de la circulaire 2009 088 se voulait l'expression d'une volonté politique du gouvernement de soutenir l’existence des aides spécialisées à l’Ecole, les choix opérés au plan local par un grand nombre d’Inspecteurs d’Académie s’avèrent en totale contradiction avec cette orientation. Les suppressions de postes dans les départements, combinées aux diminutions drastiques de départs en formations spécialisées, condamnent, à terme, l'existence même des RASED. Pourtant les besoins des élèves, partout sur le territoire, nécessitent même d'augmenter les moyens qui leur sont alloués notamment en rétablissant les 3000 postes supprimés et en garantissant un nombre de départs en stage (options E, G et psychologues scolaires) suffisant pour couvrir, à minima, les postes vacants et les départs à la retraite.


De nombreux professionnels constatent sur le terrain à quel point il est essentiel mais difficile, pour l’Ecole de la République, de continuer à remplir sa mission d’éducation auprès d’élèves manifestant de grandes difficultés et une souffrance importante. Il serait donc paradoxal que, dans le même temps, les aides spécialisées, vecteurs d'égalité des chances pour toutes les familles et les enfants, se trouvent à nouveau atteintes, et que la mission de prévention dont sont investis les RASED soit menacée par leur disparition programmée.


Nous vous demandons de tout mettre en oeuvre pour corriger cette situation, et notamment pour que les départs en formations soient à la hauteur des besoins pourtant clairement identifiés (postes vacants, départs à la retraite). Nous souhaitons une audience pour cela dans les meilleurs délais.


En tout état de cause, si cette demande demeure sans suite, nous nous rendrons au ministère de l'Education Nationale le 31 mars où nous demanderons à être reçus pour obtenir les réponses aux questions posées par les personnels et l'ensemble des partenaires.

Télécharger la lettre

Télécharger la pétition



Agenda militant

<< Févr. 2018 >>
LMMJVSD
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1537
mod_vvisit_counterHier2648
mod_vvisit_counterCette semaine1537
mod_vvisit_counterLa semaine dernière19498
mod_vvisit_counterCe mois-ci58017
mod_vvisit_counterLe mois dernier121501
mod_vvisit_counterCumul5832721

 ,