Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image


 

Précaires, titulaires, parents,

le 5 avril:

TOUTES ET TOUS MOBILISE-ES
POUR EN FINIR AVEC LA PRÉCARITÉ !


 

AESH, AVS, CUI, AED, AP, PROFESSEUR-ES CONTRACTUEL-LES...

 

Nous dénonçons :


La précarité générale du statut de contractuel :

  • des salaires en-dessous du seuil de pauvreté
  • L'absence d'une véritable formation.
  • L'absence de statut.
  • Le non-remplacement des personnels absent-e-s.
  • Les temps partiels imposés.
  • La peur récurrente, en fin de contrat, de ne pas être renouvelé-e.

 

Nous revendiquons :

  • Une formation adaptée et rémunérée
  • La possibilité de signer des contrats à temps plein.
  • La revalorisation des salaires : un salaire décent qui n'oblige pas à cumuler d'autres emplois.
  • La prise en compte de l’ancienneté pour toutes et tous
  • La création d'un statut réel et reconnu

 

Nous revendiquons la titularisation de toutes et tous sans condition. En application de la loi Le Pors, le statut de fonctionnaire doit rester la norme pour des missions pérennes ! Revendiquons le statut de fonctionnaire pour toutes et tous les personnels.

 

GRÈVE LE 5 AVRIL – AG 10h30 MAISON DES SYNDICATS

MANIFESTATION 14H PRÉFECTURE CAEN

 


Télécharger l'affiche

Télécharger le tract



Grève générale à Mayotte
Des moyens pour l’éducation

 

Depuis le 20 février, Mayotte, 101e département français, est paralysé par une grève générale initiée par deux mouvements qui se sont rejoints. D’un coté l’Intersyndicale faisant suite à l’insécurité dont ont fait l’objet les conducteurs de transports scolaires et de l’autre initiée dans l’éducation Nationale par la CGT Educ’action, SUD Education et la FNEC-FP/FO suite à la succession de faits graves de violences dans les établissements scolaires.


C’est bien l’insécurité et les conditions de vie qui sont aucentre des revendications de la population. Les actes deviolence se multiplient sur toute l’île que ce soit auxabords des écoles, sur les chemins forestiers, les plageset aussi par la multiplication des cambriolages incessants et les menaces sur l’intégrité physique des habitant-e-s, ce qui provoque une situation de ras le bol de la popula-tion.

 

 

La situation sociale est catastrophique :

 

  • Il y a officiellement 265.000 habitant-e-s mais pour certain-e-s on avoisinerait les 500.000.
  • 26 % de chômage dont 47% de chômage chez les jeunes
  • 84% de la population sur l’île vit sous le seuil de pauvreté.
  • Tout le monde n’a pas accès à l’eau potable !


Pour les élu-e-s de Mayotte il faudrait un choc d’investissement de 1,8 milliards d’euros dont 500 millions pour l’habitat, 480 millions à l’eau potable et à l’assainissement, 480 millions aux constructions scolaires, 238 millions aux routes et transports et 40 millions d’euros seraient dévolus à des équipements sportifs et culturels.

 

Lire la suite...

Agenda militant

<< Août 2018 >>
LMMJVSD
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1866
mod_vvisit_counterHier1833
mod_vvisit_counterCette semaine14518
mod_vvisit_counterLa semaine dernière11197
mod_vvisit_counterCe mois-ci34660
mod_vvisit_counterLe mois dernier107265
mod_vvisit_counterCumul6434772

 ,