Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image


Communiqué de SUD Éducation

Violences policières à Caen le 22 mars 2018

 

Le 22 mars, une journée de grèves et de mobilisations pour défendre le service public contre la politique néo-libérale de privatisation du gouvernement Macron a eu lieu à Caen, comme sur l’ensemble du territoire.


À l'appel des organisations syndicales de la fonction publique (transports publics, services hospitaliers, Éducation Nationale, etc.), SUD Éducation était  aussi aux côtés des lycén-nes et des étudiant-es pour s'opposer entre autres à la réforme du lycée, et à la mise en place de la sélection à l'Université.

 

Cette manifestation a rassemblé entre 6000 et 8000 personnes. Une Assemblée Générale Intercatégorielle était prévue à la suite dans l'Auditorium du château de Caen à 13h00.


Aux alentours de 13h15, alors qu'une soixantaine de lycéen-es et d’étudiant-es attendaient calmement devant l'Auditorium, pas moins de 6 voitures et de 3  fourgons de la Police Nationale, accompagnées de la brigade anti-criminalité, ont fait irruption dans la cour du château. Les forces de l’ordre ont alors violemment interpellé 2 personnes, et ce, de manière ciblée. Alors que la foule protestait quant à elle pacifiquement contre ces arrestations arbitraires, ces mêmes forces de l’ordre ont fait usage de tirs de gaz lacrymogènes, de tirs de grenades de désencerclement ainsi que de tirs de LBD 40 (Flashball). Au moins trois hospitalisations nous ont été rapportées, dont une pour tir de flash ball dans le flanc d'un adhérent de Solidaires Etudiant-es - SL Caen  entraînant des vomissements de sang.


Un autre adhérent de ce syndicat a été frappé à terre avant d’être interpellé en toute illégalité, puisque les agents de la BAC n’avaient pas leur brassard de police. Par la suite, il semblerait que cet adhérent ait été tabassé dans le fourgon de police, entraînant 3 jours d'ITT. Il aurait également enduré diverses humiliations et menaces de mort au commissariat.

 

Nous ne pouvons que dénoncer ces violences indignes. Il est pour nous, en tant que professionnel-les de l'éducation, inadmissible que des jeunes (un  lycéen et un étudiant) et d'autres personnes présentes aient subi un tel déchaînement de violence, un tel dévoiement du maintien de l'ordre par les forces policières et ce, alors qu'absolument personne ne troublait l'ordre public.

 


Malheureusement, cette agression de la part des forces de l’ordre n’a rien d’exceptionnelle, et n’est pas réservée à la région caennaise. Ces derniers  jours, partout en France, de Nantes à Grenoble en passant par Bordeaux et Strasbourg, le gouvernement a montré son vrai visage face à celle et ceux qui s’opposent à ses réformes. Le but n’est autre que de réprimer le mouvement social de contestation, puis de le criminaliser en pointant du doigt celles et ceux qui ne peuvent pas rester spectateurs face à ces injustices.

 

Nous apportons tous et toutes notre soutien aux personnes interpellées et blessées qui défendent le service public.

 

 

LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME.

 

LA RÉPRESSION NE NOUS FERA PAS

DÉVIER DE NOTRE ENGAGEMENT

POUR UNE ÉCOLE ÉMANCIPATRICE

 


Télécharger le communiqué


Agenda militant

<< Août 2018 >>
LMMJVSD
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui1375
mod_vvisit_counterHier5335
mod_vvisit_counterCette semaine6710
mod_vvisit_counterLa semaine dernière16307
mod_vvisit_counterCe mois-ci43159
mod_vvisit_counterLe mois dernier107265
mod_vvisit_counterCumul6443271

 ,