Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image


Plan étudiants

Pas de sélection :

des places en BTS pour un bac pro revalorisé !

Encore une fois, la voie professionnelle est la grande oubliée de la réforme du bac et du lycée et les bachelier-e-s pro les grand-e-s perdant-e-s du Plan étudiant (instaurant Parcoursup). Si la sélection à l'entrée de l'université va définitivement leur fermer la porte des facs, les portes des BTS ne leur seront pas grand ouvertes pour autant...

 

 

Bachelier-e-s pro, dernière roue du carrosse !


À l'issue de la session APB 2017, près de 25 000 bachelier-e-s professionnel-les-s ont été refoulé-e-s de l'enseignement supérieur ! Alors que François Hollande avait fixé pour objectif d'amener 60 % d'une classe d'âge à un niveau enseignement supérieur d'ici 2025, la réalité montre qu'on est très loin du compte. En effet, comment envisager de démocratiser davantage l'accès aux études supérieures sans donner leurs chances aux bachelier-e-s pro ? Aujourd'hui, seuls 36 % d'entre eux et elles poursuivent des études supérieures !

 

Ce n'est pourtant pas faute de demander. Nombreuses et nombreux sont celles et ceux souhaitant prolonger leur formation, principalement en BTS. Seulement, les places offertes en BTS ne sont pas à la hauteur des besoins. Du coup, comme d'habitude, les bacheliers et bachelières pro sont les dernier-e-s servi-e-s ! À tel point, que nombreux-ses sont les bachelier-e-s pro recalé-e-s des BTS publics qui décident de payer des écoles privées pour pouvoir accéder à une formation BTS (environ 2500 euros l'année).

 

Des BTS accessibles, des futur-e-s travailleur-e-s mieux qualifié-e-s


Si les bachelier-e-s pro souhaitent poursuivre en BTS, ce n'est pas par « désœuvrement » mais par réalisme. Il suffit d'avoir fait l'expérience des stages en entreprise pour savoir qu'un BTS permet d'accéder à des fonctions plus valorisées et mieux rémunérées. « Oui, mais ils n'ont pas le niveau » entend-on souvent. Cet argument est utilisé depuis longtemps à propos des bachelier-e-s entrant à l'université, avec, à l'appui, les taux d'échec en première année. Or, ce qu'on ne dit jamais c'est que, selon l'INSEE, 80% des jeunes qui entrent dans l'enseignement supérieur en sortent avec un diplôme ! Alors, que veut-on réellement ? Se gargariser de taux d'échec très faibles en première année de fac et de BTS en sélectionnant uniquement les meilleur-e-s élèves ou bien faire monter le niveau général de qualification de la population ?

 

 

Du bac pro au BTS, revaloriser la voie professionnelle

 

Plus de bachelier-e-s pro en BTS, c'est aussi un moyen de revaloriser la voie professionnelle. En effet, pourquoi certains bacs donneraient-ils accès à tout l'éventail des formations post-bac (BAC S) et d'autres à peau de chagrin (BAC Pro) ?


Il faut offrir aux élèves de lycées professionnels des garanties de poursuite d'études vers les filières professionnalisantes du supérieur (BTS, IUT).
Et si l'on veut mieux préparer les élèves de bac pro aux exigences du BTS et du DUT, il faut se donner les moyen de le faire. Cela passe notamment par un retour du bac pro en 4 ans.

 

 

C'est pourquoi SUD Éducation revendique :

  • Le retrait du Plan Étudiants et du projet de loi relatif « à l'orientation et à la réussite des étudiants ».
  • La création de 20 000 places en BTS et de 25 000 places en IUT pour répondre aux besoins et aux demandes des lycéen-ne-s et aller vers la non sélectivité.
  • Le retour du Bac pro en 4 ans pour mieux préparer les bachelier-e-s pro aux formations post-bac.

 

La fédération SUD éducation appelle les salarié-e-s de l'enseignement professionnel à se réunir, pour construire dans l'unité, avec les autres salarié-e-s de l'éducation, les étudiant-e-s, les élèves et leurs parents, un mouvement de résistance d'ampleur à l'instauration de la sélection à l'entrée de l'université et pour exiger une vraie prise en compte des besoins des élèves de la voie professionnelle.

 


Télécharger le communiqué


Bachelier-e-s pro,
dernière roue du carrosse
!
À
l'issue de la session APB 2017, près de
25 000
bachelier-e-s professionnel-les-s ont été refoulé-e-s de
l'enseignement supérieur
!
Alors que François Hollande
avait fixé pour objectif d'amener 60
% d'une classe d'âge à
un niveau enseignement supérieur d'ici 2025, la réalité
montre qu'on est très loin du compte. En effet, comment
envisager de démocratiser davantage l'accès aux études
supérieures sans donner leurs chances aux bachelier-e-s
pro
? Aujourd'hui, seuls 36
% d'entre eux et elles
poursuivent des études supérieures
!
Ce n'est pourtant pas faute de demander. Nombreuses et
nombreux sont celles et ceux souhaitant prolonger leur
formation, principalement en BTS. Seulement, les places
offertes en BTS ne sont pas à la hauteur des besoins. Du
coup, comme d'habitude, les bacheliers et bachelières pro
sont les dernier-e-s servi-e-s
!
À
tel point, que nombreux-
ses sont les bachelier-e-s pro recalé-e-s des BTS publics
qui décident de payer des écoles privées pour pouvoir
accéder à une formation BTS (environ 2500 euros l'année).
Des BTS accessibles,
des futur-e-s travailleur-e-s mieux qualifié-e-s
Si les bachelier-e-s pro souhaitent poursuivre en BTS, ce
n'est pas par «
désœuvrement
» mais par réalisme. Il suffit
d'avoir fait l'expérience des stages en entreprise pour savoir
qu'un BTS permet d'accéder à des fonctions plus valorisées
et mieux rémunérées.
«
Oui, mais ils n'ont pas le niveau
»
entend-on souvent. Cet argument est utilisé depuis
longtemps à propos des bachelier-e-s entrant à l'université,
avec, à l'appui, les taux d'échec en première année. Or, ce
qu'on ne dit jamais c'est que, selon l'INSEE,
80% des
jeunes qui entrent dans l'enseignement supérieur en
sortent avec un diplôme
!
Alors, que veut-on réellement
?
Se gargariser de taux d'échec très faibles en première
année de fac et de BTS en sélectionnant uniquement les
meilleur-e-s élèves ou bien faire monter le niveau général
de qualification de la population
?
Du bac pro au BTS,
revaloriser la voie professionnelle
Plus de bachelier-e-s pro en BTS, c'est aussi un moyen de
revaloriser la voie professionnelle. En effet,
pourquoi
certains bacs donneraient-ils accès à tout l'éventail des
formations post-bac (BAC S) et d'autres à peau de chagrin
(BAC Pro)
?
Il faut offrir aux élèves de lycées professionnels des
garanties de poursuite d'études vers les filières
professionnalisantes du supérieur (BTS, IUT)
. Et si l'on
veut mieux préparer les élèves de bac pro aux exigences
du BTS et du DUT, il faut se donner les moyen de le faire.
Cela passe notamment par un retour du bac pro en 4 ans.
C'est pourquoi SUD Éducation revendique
:
Le retrait du Plan Étudiants et du projet de loi
relatif «
à l'orientation et à la réussite des
étudiants
».
La création de 20 000 places en BTS et de 25 000
places en IUT pour répondre aux besoins et aux
demandes des lycéen-ne-s et aller vers la non
sélectivité.
Le retour du Bac pro en 4 ans pour mieux préparer
les bachelier-e-s pro aux formations post-bac.
La fédération SUD éducation appelle les
salarié-e-s de l'enseignement professionnel
à se réunir, pour construire dans l'unité,
avec les autres salarié-e-s de l'éducation,
les étudiant-e-s, les élèves et leurs parents,
un mouvement de résistance d'ampleur à
l'instauration de la sélection à l'entrée de
l'université et pour exiger une vraie prise en
compte des besoins des élèves de la voi

Agenda militant

<< Août 2018 >>
LMMJVSD
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui539
mod_vvisit_counterHier1599
mod_vvisit_counterCette semaine539
mod_vvisit_counterLa semaine dernière16307
mod_vvisit_counterCe mois-ci36988
mod_vvisit_counterLe mois dernier107265
mod_vvisit_counterCumul6437100

 ,