Recherche

Spécial précaires

Faits marquants en image


 

Des milliers de personnes exigent un référendum sur le CETA

Ce samedi 18 novembre, plusieurs milliers de personnes ont exigé à travers la France, la tenue d’un référendum sur le CETA, le traité de commerce et d’investissement entre le Canada et l’Union Européenne, « conçu à l’écart du processus démocratique » selon Emmanuel Macron (discours du 1er mai). Le collectif national Stop TAFTA/CETA rappelle que cet accord présente des risques importants pour de nombreux aspects de nos vies : climat, emploi, services publics, démocratie, agriculture, environnement, santé, alimentation, culture... Premier traité dit « de nouvelle génération » signé par l’Union Européenne, ce dernier ouvre la porte à de très nombreux autres traités aux risques similaires (dont certains sont sur le point d’être proposés à la ratification) et dont les effets conjugués seraient d’autant plus dévastateurs.


Suite au rapport très critique de la commission d’expert.e.s Schubert, mandatée par le gouvernement et à l’application provisoire du CETA le 21 septembre dernier, le gouvernement a réagi le 25 octobre en mettant en place un « plan d’action » pour accompagner l’application de l’accord. Cependant le collectif « Stop TAFTA/CETA » n’est pas dupe, ce plan d’action est vide, il s’agit d’un simple « coup de comm » pour tenter de désamorcer la large opposition contre ce traité. Alors que le gouvernement ne souhaite pas renégocier le traité, les mesures du plan d’action sont aux mieux inefficaces, souvent très hypothétiques, ou au pire rigoureusement impossibles.

 

Des événements ont eu lieu aujourd’hui dans plus de 35 communes à travers la France, pour une journée de mobilisation festive, diverse et bruyante pour dénoncer cette manipulation déplorable du gouvernement, et exiger un référendum sur le CETA en rappelant qu’il n’est pas trop tard pour le stopper (puisque celui-ci doit encore être ratifié par de nombreux États). Les manifestations de Nantes, La Tour du Pin, Aix-en-Provence, Brest ont rassemblé plusieurs centaines de personnes.

 

 

En Île-de-France ainsi qu’à Montpellier, Troyes, Chartres, Guingamp, Bayonne et Quimper, des sondages géants ont été organisé avec une question : « Etes-vous pour ou contre un référendum pour la ratification du CETA, le traité de commerce et d’investissement entre le Canada et l’Union Européenne ? ». Les passants étaient invités à se prononcer en laissant leurs bulletins dans des urnes géantes disposées dans les rues des villes. A 17h, un rassemblement a eu lieu place de la République à Paris pour le dépouillement des sondages franciliens. A Paris ce sont 1850 personnes qui ont répondu à ce sondage et l’option « pour un référendum » l’a emporté avec 95,5% des voix.

 

Le 27 octobre déjà, un sondage d’un journal national révélait que 64% des français.es sont opposé.e.s au CETA. Le sondage organisé ce samedi 18 novembre par les collectifs Stop TAFTA/CETA montre très clairement que la population souhaite être consultée sur la mise en œuvre du CETA. Le collectif Stop TAFTA/CETA continue donc d’exiger un referendum sur le CETA et attend des actes forts de la représentation nationale, qui soient en accord avec l’exigence de démocratie ainsi exprimée.

 

Interpelez vos parlementaires en quelques clics sur le site du collectif Stop TAFTA/CETA.

 


Télécharger la communiqué


Agenda militant

<< Août 2018 >>
LMMJVSD
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Statistiques

Depuis samedi 27 fevrier 2010

mod_vvisit_counterAujourd'hui824
mod_vvisit_counterHier5218
mod_vvisit_counterCette semaine9868
mod_vvisit_counterLa semaine dernière11197
mod_vvisit_counterCe mois-ci30010
mod_vvisit_counterLe mois dernier107265
mod_vvisit_counterCumul6430122

 ,